Le blog de la CGT des Hôpitaux du Val de lorraine

Ce blog est destiné à faire circuler l’information au sein de nos établissements tout en laissant la possibilité aux agents, sans distinction aucune, de témoigner de leurs préoccupations vécues au quotidien. Il a pour but de vous donner les renseignements utiles sur vos droits et de vous livrer les commentaires, les actions et revendications de nos représentants CGT siégeant dans les différentes instances de nos établissements. Chacun peut proposer un article ou un commentaire, mais dans le respect strict des autres.

 

Publié par CGT

Alors que la crise sanitaire fait rage, que le personnel et les lits manquent, que les conditions de travail sont plus que jamais dégradées, l’évaluation entre légalement en vigueur à compter du 1er janvier 2021. C’est le Décret n° 2020‑719 du 12 juin 2020 relatif aux conditions générales de l’appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires de la Fonction Publique Hospitalière qui en fixe les modalités via « un entretien professionnel ». Il donne lieu à un compte-rendu selon une trame type (Arrêté du 23 novembre 2020).

 

Les pièges à éviter

 

 

  • Vous devez être évalué par votre hiérarchie directe uniquement !
  • L ’évaluation est encadrée par la loi . Les informations demandées aux agents ne doivent servir qu’à apprécier leurs aptitudes professionnelles.
  •  Il existe une différence entre l’entretien annuel d’évaluation qui consiste à évaluer l’activité professionnelle de l’agent et l’entretien professionnel qui a pour objet l’accompagnement et la maîtrise du déroulement de carrière et des besoins de formation.
  • Dans la fonction publique, les 2 sont malheureusement mélangés : l’entretien porte sur les résultats professionnels de l’agent, la manière dont il ou elle exerce son travail, les objectifs à atteindre et sa manière de servir.
  • Il y a un impact direct sur le choix d’avancement et de modulation indemnitaire. La prime de service est amenée à disparaitre dans sa formule actuelle pour être remplacée par une prime aléatoire qui dépendra dans les faits du bon déroulement de l’entretien et non du travail réel.
  • Il est néanmoins déconseillé de refuser l’entretien professionnel.
  • L ’évaluation est un droit de l’employeur public sous réserve de porter préalablement à la connaissance des salarié.e.s la procédure d’appréciation (CTE ou CHSCT, les CAPL étant vidées de leurs substances). Les agents doivent absolument s’interroger sur ce qui doit être évalué ou non.
  •  Les critères d’évaluation doivent être clairs, transparents, objectifs et ne peuvent avoir de lien qu’avec l’activité professionnelle. C’est ce que vous faites quand vous êtes en service.
  •  Les changements de plannings, votre disponibilité en terme d’horaires de travail ne sont pas en lien, par exemple, avec votre façon de travailler.
  •  Les critères reposant sur le comportement sont illicites s’ils ne portent pas exclusivement sur des actes professionnels. Les Cours d’Appels de Versailles et de Toulouse ont tranché à ce sujet.
  • Attention à l’auto évaluation. Elle nuit à votre objectivité et sape votre confiance en vous. N’hésitez pas à vous trouver bon.ne.s ou excellent.e.s partout. De toute façon, c’est vrai que vous l’êtes !

 

  En tout état de cause, l’instauration d’un nouveau mode d’évaluation déterminant non seulement la carrière des salarié.e.s mais également leur rémunération atteint nécessairement les conditions de travail. Les membres des CHSCT sont donc légitimes pour interroger et dénoncer tous les dérapages qui ne manqueront pas d’arriver.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article