Le blog de la CGT des Hôpitaux du Val de lorraine

Ce blog est destiné à faire circuler l’information au sein de nos établissements tout en laissant la possibilité aux agents, sans distinction aucune, de témoigner de leurs préoccupations vécues au quotidien. Il a pour but de vous donner les renseignements utiles sur vos droits et de vous livrer les commentaires, les actions et revendications de nos représentants CGT siégeant dans les différentes instances de nos établissements. Chacun peut proposer un article ou un commentaire, mais dans le respect strict des autres.

 

Publié par CGT

Goldman Sachs pose la question suivante dans un rapport de recherche en biotechnologie : “La guérison des patients est-elle un modèle d’entreprise viable ?”

 

Les analystes de Goldman Sachs ont tenté d’aborder un sujet délicat pour les entreprises de biotechnologie, en particulier celles qui sont impliquées dans le traitement pionnier de “thérapie génique” : les traitements pourraient être mauvais pour les affaires à long terme.

“Guérir les patients est-il un modèle économique viable ?” demandent les analystes dans un rapport du 10 avril intitulé “La révolution du génome”.

 

“La possibilité de fournir des ‘traitements à dose unique’ est l’un des aspects les plus attrayants de la thérapie génique, de la thérapie cellulaire par génie génétique et de l’édition de gènes. Cependant, ces traitements offrent une perspective très différente en ce qui concerne les revenus récurrents par rapport aux thérapies chroniques, a écrit l’analyste Salveen Richter dans une note adressée aux clients mardi. “Bien que cette proposition ait une valeur inestimable pour les patients et la société, elle pourrait représenter un défi pour les développeurs de la médecine génomique à la recherche d’un flux de richesse croissant.

Richter a cité les traitements de Gilead Sciences pour l’hépatite C, qui ont atteint des taux de guérison de plus de 90 %. Les ventes de l’entreprise aux États-Unis pour ces traitements contre l’hépatite C ont atteint un sommet de 12,5 milliards de dollars en 2015, mais n’ont cessé de chuter depuis. Goldman Sachs estime que les ventes américaines de ces traitements seront inférieures à 4 milliards de dollars cette année, selon un tableau du rapport.

“GILD est un cas concret, où le succès de sa franchise sur l’hépatite C a progressivement épuisé le bassin de patients traitables”, a écrit l’analyste. “Dans le cas de maladies infectieuses comme l’hépatite C, le traitement des patients existants diminue également le nombre de porteurs capables de transmettre le virus à de nouveaux patients, de sorte que le nombre de contaminés diminue également… Lorsque le nombre d’incidents reste stable (par exemple, dans le cas du cancer), le potentiel de guérison pose moins de risques pour la pérennité d’une franchise.”

 

Source: CNBC,

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article